News in French

Use module action menu to edit content

Current Articles | Search | Syndication

Wetlands International Kenya et NEMA en partenariat pour améliorer la gestion des zones humides

27-Apr-2017

Le 19 avril 2017, Wetlands International Kenya et l'Autorité nationale de gestion de l'environnement (NEMA) du Kenya ont signé un protocole d'accord. Celui-ci prévoit une collaboration dans la mise en œuvre d'actions visant une gestion durable et une promotion de l'utilisation rationnelle des zones humides au Kenya.

Avec le concept d’ ‘’utilisation sage’’ (qui a été lancé lors de la rédaction de la Convention Ramsar sur les zones humides en Iran en 1971), la Convention de Ramsar souligne que l'utilisation des zones humides par l'homme devrait être entièrement compatible avec les principes Ramsar et la conservation des zones humides en général. Au Kenya, les zones humides occupent environ 3 à 4% de la surface terrestre et vont jusqu'à 6% pendant les saisons pluvieuses. Malgré cette étendue géographique relativement petite, les zones humides offrent un large éventail d'avantages écologiques et socioéconomiques et sont indispensables à la survie, à la santé et au bien-être de l'être humain et de la biodiversité. Malgré les fonctions essentielles que fournissent les zones humides, elles sont constamment menacées et beaucoup continuent d'être dégradées et même perdues à un rythme alarmant.

Même si une politique intégrée de conservation et de gestion des zones humides nationales a été lancée et est en cours de mise en œuvre, ceci, conjugué à la promulgation d'une Constitution écologique en 2010 et aux diverses dispositions relatives aux zones humides contenues dans la Loi sur la gestion et la coordination de l'environnement,  il y a eu quelques impacts positifs notables dans la gestion et la conservation des écosystèmes des zones humides et de leurs ressources. "Le manque d'application compromet l'intégrité écologique des écosystèmes des zones humides et continue d'entraver la gestion durable de ces écosystèmes vitaux mais fragiles. Il est donc nécessaire d'examiner et de renforcer les règlements et de les rendre exécutoires par les organismes de régulation et d'autres parties prenantes’’, a déclaré Julie Mulonga, chargée de programmes du bureau de Wetlands International au Kenya.

Grâce au protocole d’accord, Wetlands International Kenya et NEMA collaboreront dans le cadre d’une série d'activités visant à améliorer la gestion des zones humides. Les organisations réviseront les règlements sur les zones humides, les berges des rivières, les rives du lac et le bord de la mer, afin de s'aligner sur la Constitution du Kenya 2010 et sur la Loi 2015 modifiée sur la gestion et la coordination de l’environnement (EMCA) pour assurer la conservation et l'utilisation durable des zones humides et leurs ressources tout en favorisant l'intégration de l'utilisation des ressources des zones humides dans les aspirations de gestion locales et nationales. Le protocole d'accord marque un partenariat important avec le gouvernement et devrait renforcer la synergie existante en exploitant les capacités des deux secteurs grâce à l'élaboration et la mise en œuvre de programmes distincts et conjoints qui soutiendront l'amélioration à long terme des ressources des zones humides pour le développement socioéconomique.

 

Pape Diomaye Thiaré & Joy Kivata

Communications and Media Coordinator

Pape Diomaye THIARE

Communications and Media Coordinator

Wetlands International Africa

Email: pthiare@wetlands-africa.org

Phone: +221 33 869 16 81