News in French

Use module action menu to edit content

Current Articles | Search | Syndication

UNFCCC Conferences: Cancun Mieux Que Copenhague ?

03-Jan-2011

Cancun, Mexique - A l’issue de la COP 15 de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, tenue à Copenhague en décembre 2009, la communauté internationale était profondément déçue du manque de progrès tangibles réalisés au cours de cette rencontre. L’accord de Copenhague qui en était issu était fortement contesté du fait de sa nature juridique non conforme aux dispositions du système des Nations Unies que de par son manque ambition en ce qui concerne la réduction significative des émissions de gaz à effets de serre ainsi que les moyens financiers devant servir à l’atténuation et à l’adaptation des pays les plus vulnérables aux effets négatifs des changements climatiques. Il s’en est suivi une atmosphère de suspicion et de manque de confiance entre les principaux groupes de négociation, en particulier entre les pays Annexe I et ceux en développement. Cancun avait entre autre ambition de restaurer cette confiance et d’atteindre des progrès appréciables.

A la fin du sommet de Cancun, le sentiment le plus largement partagé est que les ponts qui étaient cassés ont été rétablis et que l’accord de Cancun constitue une bonne base vers la conclusion d’un accord global lors de la prochaine COP qui se tiendra en 2011 en Afrique du Sud.

Quels ont été les points de succès de Cancun ?

A.      Vision partagée pour l’action coopérative à long terme (LCA)

1.       Sur l’adaptation :

-          La mise en place d’un comité sur l’adaptation pour promouvoir la mise en œuvre d’actions renforcées sur l’adaptation de façon cohérente (fournir un appui technique aux parties, renforcer le partage de l’information, promouvoir la synergie et fournir des recommandations)

-          La demande faite aux pays de soumettre au Secrétariat avant février 2011 leurs vues sur la composition, les modalités et procédures, y compris les liens avec d’autres arrangements institutionnels pertinents.

2.       Sur l’atténuation :

-          Actions Nationales d’atténuation Appropriées (NAMA’s) pour les pays développés :  renforcer le reportage dans les communications nationales des Parties, y compris les pays Annexe I, sur les objectifs d’atténuation et les mesures techniques et financières prises pour aider les pays e développement Parties.

-          Actions Nationales d’atténuation Appropriées (NAMA’s) pour les pays en développement : la mise en place d’un registre pour les mesures nationales d’atténuation pour lesquelles ces pays recherchent un appui avec les coûts estimés, les réductions d’émissions et le chronogramme de mise en œuvre ;

-          REDD : encourage les pays en développement de contribuer à l’atténuation dans le secteur forestier en exécutant des travaux dans les domaines suivants : réduction d’émissions de la déforestation, réduction d’émissions de la dégradation des forêts, conservation du stock de carbone forestier, gestion durable des forêts, renforcement du stock de carbone des forêts ; Les pays en développement doivent élaborer des plans d’action ou stratégies nationales avec un niveau d’émission forestières de référence ainsi qu’un système performant et transparent de suivi des émissions forestières . Ces pays auront besoin de renforcement de capacités et de transfert de technologies.

-          Approches diverses y compris l’utilisation d’autres marchés de carbone : la considération pour la mise en place à la COP 17, d’un ou plusieurs mécanismes pour renforcer les actions de mitigation. A ce sujet, le groupe africain estime que cette mesure pourrait compromettre à terme le protocole de Kyoto et qu’il faudra d’abord adopter la seconde période d’engagement pour Kyoto avant d’établir de nouveaux marchés.

-          Finance, Technologie et renforcement de capacités : la mise en place d’un fonds vert pour le climat qui sera géré par un comité de 24 membres choisis selon une représentation équitable et géré par un Administrateur.. Un mécanisme de technologie sera mis en place pour faciliter la mise en œuvre des actions retenues. Ce mécanisme un comité exécutif sur la technologie et centre et des réseaux sur la technologie du climat    

Qu’est-ce qui reste à faire d’ici Durban 2011 ?

-          Sur le protocole de Kyoto, il n’y a pas eu de décision sur la seconde période d’engagement ni sur les niveaux d’engament des pays développés. Il faudra trouver un bon consensus dans ce sens

-          Il faudra rééquilibrer les engagements des pays développés et ceux des pays en développement en ce qui concerne les actions d’atténuation volontaires (NAMAs).

En conclusion, on peut dire que même si on n’a pas obtenu un accord global, les différents éléments d’accords sectoriels, s’ils sont maintenus, consolidés et élargis d’ici la COP 17, le monde parviendra à un accord sérieux sur l’avenir du climat.

 

Papa Mawade Wade – Policy Advisor – Wetlands International Africa; pwade@wetlands.sn

CANCUN, 12 décembre 2010

Communications and Media Coordinator

Pape Diomaye THIARE

Communications and Media Coordinator

Wetlands International Africa

Email: pthiare@wetlands-africa.org

Phone: +221 33 869 16 81