Zones humides saisonnières

 Les zones humides saisonnières

L'Afrique est un continent aride, avec le plus faible débit fluvial par unité de surface parmi toutes les masses continentales. La plupart des pays africains hors de la zone de forêt tropicale reçoivent peu de pluie sur la plus grande partie de l'année. Les zones humides saisonnières, telles que les dambos servent ainsi d’importantes sources d'eau, stockant l'eau pendant la saison des pluies et la rendant accessible pendant la saison sèche. En outre, les plaines inondables fournissent également nourriture et habitat  pour la biodiversité d'une période humide à l’autre.

Les plaines inondables

A travers les régions arides de l'Afrique, y compris le Sahel, les fleuves drainent l'eau nécessaire venant des zones humides en hauteur qui reçoivent les grandes parties des précipitations sur le continent. Les plaines, en aval des zones arides s’inondent annuellement, formant de vastes plaines inondables vertes et pleines de vie.
 
Par exemple, dans le delta intérieur du Niger au Mali l'eau provenant des hautes terres guinéennes inonde une superficie de la taille de la Belgique chaque année. Ces plaines inondables fournissent du poisson et de l’eau pour l'agriculture et à usage domestique à 1,5 millions de personnes. Les écosystèmes, ainsi ravivés chaque année, des forêts inondées et des marais  fournissent un habitat à des millions d'oiseaux d’eau, dont un grand nombre migre  d'Europe. Nous travaillons avec les communautés, les gouvernements et les Organisations du bassin du fleuve Niger pour protéger ce précieux flot d'eau et maintenir la crue annuelle. Lire la suite 
 
Les Dambos sont des zones humides courantes dans les lits supérieurs des rivières tout le long des hauts plateaux d'Afrique centrale et australe. Ils sont aussi appelés Banis, Matoro ou vleis (Afrique du Sud). Les Dambos constituent une couverture potentielle de 135 millions d'hectares à travers le continent africain (FAO, 1998). Les dambos du Zimbabwe couvrent une superficie estimée à 1,28 millions d'hectares, (~ 3,6%), de la superficie totale (Whitlow, 1985)
 
Ces dambos sont des sources importantes d'eau dans ces pays frappées par la sécheresse. Les eaux de pluie s'infiltrent dans le sol des collines voisines et s’écoulent  à travers les ruisseaux souterrains pour regagner les Dambos. Avant la colonisation européenne, l'utilisation des ressources en eau des dambos pour la culture était établie depuis longtemps comme pratique traditionnelle d'utilisation des terres. Les systèmes traditionnels de culture des dambos étaient basés sur les crêtes et les sillons et sur des structures similaires du bassin pour contrôler le drainage, le ruissellement et l'érosion des sols.
 
Dernièrement, la déforestation des collines adjacentes a fortement diminué cette infiltration, provoquant ainsi l’écoulement en surface de l'eau, ce qui enlève les couches supérieures du sol. Cette eau boueuse s'écoule ensuite dans le dambos et le remplit de sédiments. Grâce à notre «approche fonctionnelle du paysage», nous avons aidé au reboisement d’herbe et de plantes, délimité le plateau, et équilibrer l'utilisation de l'eau pour l'agriculture autour des dambos, préservant ainsi les services importants qu'ils fournissent.